L’église de Rougemont, site clunisien avec ses magnifiques colonnes en pierre soutenant l’édifice.

     

L’église de Rougemont a été construite vers l’an 1080 par des moines de Cluny que le comte de Gruyère avait appelés pour construire un monastère. Ce prieuré est le premier et le seul couvent des Alpes Vaudoises.

Rougemont appartient ainsi à la même famille spirituelle que les abbayes de Payerne et Romainmôtier. Le sanctuaire est dédié à Saint-Nicolas de Myre, martyre du IVème siècle, patron des enfants, fêté le 6 décembre.

L’église n’a pas subi de transformations importantes, à par le choeur, le transept et le clocher. Elle est de style romane, bâtie selon le modèle clunisien classique : elle a la forme d’une croix latine; la nef haute s’appuie sur des bas-côtés. Le choeur comprend trois absides. Sur la croisée du transept, une tour carrée porte les cloches.

Des modifications ont été apportées à ce plan, particulièrement à l’époque bernoise. Le transept a été raccourci; le chevet agrandi. Un toit unique, à forte inclinaison, a remplacé les toits de la nef et des bas-côtés. Le toit bas, romain, de la tour, a été remplacé par un clocher pointu du style oberlandais.

Des modifications ont été apportées à ce plan, particulièrement à l’époque bernoise. Le transept a été raccourci; le chevet agrandi. Un toit unique, à forte inclinaison, a remplacé les toits de la nef et des bas-côtés. Le toit bas, romain, de la tour, a été remplacé par un clocher pointu du style oberlandais.

L’époque bernoise amène d’autres changements encore. La Réforme est prêchée dès 1555 à Rougemont et l’église passe au culte réformé. Quant au prieuré, il est démoli et remplacé par le château des baillis. Les pierres tombales conservées dans l’église concernent des membres de la famille des baillis bernois.

Une importante restauration, de 1919 à 1926, fait ressortir la pierre de l’édifice, recouverte alors de cinq couches de plâtre. Le plafond de la nef est refait en voûte de bois. Les peintures sont exécutées par le peintre Correvon, d’après les motifs du XIIIème siècle. Le vitrail central (Rivier) est consacré au Christ; ceux des côtés (Delachaux) rappellent la donation de Rougemont aux moines de Cluny et la prédiction de la Réforme.

Le clocher abrite quatre cloches : trois datant du XVème siècle, la quatrième a été fondue pour le 900ème anniversaire de Rougemont en 1980.

Dans les siècles passés, le clocher de Rougemont , comme celui de Château-d’Oex, abritait quatre cloches , dont la plus ancienne remontait au XIIIème siècle. Pour une petite paroisse, c’était admirable. Ce privilège était certainement dû à l’existence du Prieuré. En 1299, les visiteurs de l’Abbaye de Cluny, faisant une inspection du monastère de Rougemont , signalent une cloche neuve à l’église et une cloche fraîchement réparée. C’est la plus ancienne mention découverte jusqu’ici à ce sujet. Après cela, trois cloches furent fondues dans le cours du XVème siècle. En 1910, le Conseil municipal commande à M. Perret une nouvelle cloche et lui vend la vielle cloche de 1299.